Cet NFT à était créer à partir d’un sujet d’art plastique, visant a montrer l’immensité d’un paysage. Il est bien plus complexe et emplie de signification qu’il n’y paraît.

🤯 Ce que vous voyez n’est qu’une façade de la réalité !

Si t’as regarder l’animation il est trop tard, ton inconscient à déjà saisi le sens, tu ne peut plus le nier. Alors, je propose à ton conscient de comprendre à son tour, afin d’éviter un conflit  entre ses deux visions d’un paysage, et te permettre de forger ta propre opinion.

Ensuite, je t’invite à découvrir tout le parcours qui m’a conduit à créer cette oeuvre d’Art.

  • 🔭 Explication du sens de l’oeuvre 🔬
  • Suivi de la réalisation du projet 🧪

PARTIE 1 – Explication du sens de l’œuvre

🤗 Ma relation par apport à l’immensité d’un paysage 👍

Ce que nous allons voir dans cette partie :

  • Liens de l’oeuvre avec le sujet & Analyse du contenu
    • Le paysage
    • L’immensité
  • Choix du support et de matériaux
  • Symbolisme de l’oeuvre étape par étape

Liens de l’oeuvre avec le sujet & analyse du contenu

Comme je suis la championne des HORS-SUJET, j’ai pris la résolution de constuire mon projet à partir des mots clefs du sujet.

Réalisez un projet qui rend compte de l’immensité de l’étendue d’un paysage

CNED

On vas donc analyser mon oeuvre à partir de ces deux mots, extrait de la consigne :

  • Le paysage
  • L’immensité

> Le paysage

🧐 Si t’observe bien, les deux dessins montre un même lieu, avec des éléments similaires. Et poutant au premier coup d’oeuil on dirait deux endroits totalement diffèrents !

Nous vivons tous sur la même terre !? Pourtant, il semble clairement que nous ne sommes pas tous dans un même monde.

Wembo Jah Olela
Le paysage n’est pas le même selon celui qui le regarde

Mon paysage n’est pas le votre, tout comme le votre n’est pas le mien. Nous avons tous des points de vue différents et même devant un lieu et position identique.

On retrouve par exemple, les morceaux de base, telque: le pont en bois, l’arche de pièrre et les deux montagnes au fond. Même si ceux-ci sont plus où moins détailler, selon l’intention qu’on porte sur l’objet. On peut notamment remarquer que le pont de bois de mon visage est simplifier, par apport à celui de mon frère, qui présente une inclinaison et des poutres bien construites. De même pour la falaise, qui dessine de grandes fissures, alors que le mienne est juste ronde.

Certains élèments peuvent carrément être supprimer. Même dans la vie courante, il nous faut parfois des années pour remarquer une petite statue en face de chez nous, une jolie fresque au sol ou encore un buisson à côté. Et bien, c’est pareille sur le dessin. Le plus flagrents, c’est la grande présence de nature, d’arbres, d’herbe sur mon paysage, comparé à celui de mon frère.

Ceci dit qu’en face d’un même paysage, on peut y avoir une infinité d’interprétations. Certains élèments sont parfois nier et d’autres mit en valeurs.

Le paysage n’est qu’un terrein d’imagination

On as vut que devant un même paysage, les élèments principaux ressortes avec plus où moins de détails, et d’autres disparaisses. 😅 Mais ce n’est pas tout! Il semblerais que notre cerveau arrive également à créer de faux objets.

Avoue-le, que quand tu regarde à l’extérieure, tu est emporter par tes pensées. T’observe l’environnement, mais tu n’est pas là, tu est préocupé par tes problèmes personelles. Par exemple, sur le dessin de mon petit frère, les calculs et chiffre qui s’opère dans sa tête, finissent par créer une explosion volcanique au lieu des montagnes. Evidement c’est un peu exagèrer, étant donné que c’est l’imagination d’un enfant.

Or, même en commentant le paysage en face de nous, nous transformant la réalité. Pourtant on peut avoir l’impression de voir les choses telle qu’elles sont, puiqu’on les décrit… Mais ce qu’on présente est obligatoirement influencer par notre vision du monde. J’aurai par exemple tendance à emplifier les couleurs, créer plus de grand dégradés et décrire l’environemment tel un univers merveilleux. Certains peuvent au contraire le présentait de manière obscurs et triste.

En résumé, quand on regarde un paysage on ne peut distinguer le faux du vraie. Nos préoccupations, et notre manière de penser et notre humeur joue sur l’interprétation d’un lieu.

Le paysage est à l’image de soi

On arrive à la conclusion, que le paysage est à l’image de soi. C’est pour cela que j’ai construit le paysage, à partir de la forme de notre visage.

Nous voyons le monde extérieur, selon les traits de caractères qui nous définissent. Les formes de mon dessin sont plutôt rondes et ovales. Renvoyant ainsi la partie féminine et douce de mon être. Alors que ceux de mon petit frère sont à la fois ronds et triangulaires. Ce qui montre un stade de rivalité entre la fragilité enfantine, et la force d’un homme.

On voie aussi les choses, tel qu’on souhaite les voir. Nous avons des ambitions et des rêves totalement différent. Pour donner un sens à ce que l’on croit vouloir, et ce que l’on croit être, on modifie la réalitée. On revient au volcans de mon frères, qui lui renvoie l’image de ce qu’il souhaite être. L’explosion volacanique dut aux calculs, le satisfait plainement, puisqu’il aime être un génie des mathématiques. Donc son cerveau l’intègre dans le décors et trompe le véritable paysage.

En fin de compte, nous observons le monde à travers notre âme, ce que l’on est et ce qui nous reflète. Notre identité, et nos forces intérieure reforme le paysage à notre guise.

👉 Puisque le paysage est à l’image de soi, mon paysage est à la forme de mon autoportrait !

> L’immensité

👌Tu as certainement déjà  remarqué que les deux nouveaux dessins ci dessous, sont basé avec le même principe que les précédents.

Mais dans ceux-là, on se croirait tellement loin de la réalité, comme dans un autre univers… 😊 or c’est toujours le même endroit.

Nous somme tous de petites lumières qui brillons à travers l’immensité de l’Univers.

Keeping-Fight
La perspective donne un effet de profondeur

Il existe de nombreux outils, et méthodes de dessins qui permettent de rendre compte de l’immensité de l’étendue d’un paysage.

On retrouve le célèbre point de fuite. Un principe qui consiste à diriger notre regard vers un point au loin. Les traits vont pour cela se rejoindre, comme on le voie pour les ponts des deux dessins. Ce pont est d’aillleurs un élèment à double fonction, car il donne l’effet de profondeur, et est la passerelle qui nous entre dans le paysage imaginaire.

Il y a également une stratégie, qui permet de montrer ce qui est proche et ce qui est loin, sur un dessin bidimensionel. Tout comme dans la vraie vie, les objets lointain sont plus petit que ce qui sont proche. Or, c’est exactement la même chose sur les deux paysages. Les boules au premier plan sont beaucoup plus grande et détailler, que les autres

Au final, même en numérique il m’a fallut utilisé des techniques de dessins traditionelles. Pour faire ressortir des élèments, et amener le regard par appo

L’immense existe uniquement parce que le petit existe

Pour sentir l’immmensité d’un paysage, il faut que le paysage soit immense. Et un paysage est immense uniquement si nous avons la sensation d’être minuscule.

C’est évident, que le grand existe uniquement parce que le petit existe ! Le paysage dans ces deux dessins, est construit à partir de centaines de petite boules. Ces boules, sont les atômes qui nous constituent. On est donc un point construit de point parmis des points.

Maintenant qu’on se voie petit, on peut regarder autour de nous, analyser le paysage. Le changement de couleurs entre les dessins précédents et ceux-là ont un rôle à jouer. Le noir, le bleu, et les points blancs, peuvent faire penser à l’espace. Comme si nous  regardions le ciel, et qu’on voyait notre visage en constelation. On est une pousière dans l’univers.

👉 L’immensité est au final une sensation d’être petit, face à l’étendue d’un paysage. On peut le faire ressortir en utilisant des diverses techniques de dessins.

😉 Tu peut aussi remarquer qu’on retrouvent ces deux mots clefs dans le titre  » The immensity of a landscape « . Ce n’est pas un hasard, car ils définissent le sens de l’NFT. Et permettent de relier mon oeuvre à la consigne de départ.                

Choix du support et des matériaux

Pourquoi avoir fait une œuvre en numérique ?

J’ai fait le choix, de réaliser mon œuvre en dehors des règles traditionnelles du dessins. Sans crayon, gomme et papier, mais avec une simple tablette. La technologie nous offre des possibilités très variés, alors pourquoi s’en privé ? Pourquoi rester figer aux anciens principe de dessins ? Maintenant on peux animer des dessins, les rendrent vivant, raconter des histoires. La palette du possible s’est élargie, par apport à celle du passé.

Quel est la taille de l’esquisse (le format) ?

Le format de l’oeuvre est de 1080*1920 Mpx, soit la taille d’un fond d’écran de téléphone. Comme nous regardons de plus en plus le monde à travers la caméra de notre mobile, j’ai choisie adapter ma création aux nouveaux monde. En effet, si mon NFT occupe la totalité de l’écran, on serra davantage absorber par l’immensité de l’étendue du paysage.

Symbolisme de l’animation étape par étape

1 Paysage de départ

Le paysage est à l’image de moi, c’est un autoportrait. Ainsi, j’exprime ma vision de l’immensité de l’étendue d’un paysage à travers toute l’oeuvre.

2 Transformation du paysage en un autre réalité

Les couleurs changes, et deviennent le contraire de ce qu’elles étaient.  Car en phisique, un objet absorbe certains rayons lumineux et renvoie les autres. Ceux qu’on voient sont les rayons réfléchies, donc l’inverse des véritables couleurs de l’objet. Ce qui montre que l’ancien paysage était faux, car les couleurs qu’on voyait sont l’inverse de ce que les objets sont.

3 Paysage à l’échelle moliculaire

En continuant davantage du côté moléculaire du paysage, on remarque qu’on est constitué de petites boules et de vide. Tout comme les planètes dans l’espace.

4 Déplacement de la matière

Pour aller encore plus loin, on vas voir les atomes se déplacer, montrant le mouvement constant du paysage. Ce qui dit, qu’un paysage ne serra jamais le même d’une minute à l’autre.

5 Big Bang

Cette concentration et explosion, finis par totalement nous transporter dans l’immensité de l’univers. Cette étape sert également de transition entre entre les deux personalitées. Il marque une rupture d’une vision du monde.

6 Reformation d’un paysage à l’échelle moliculaire

La matière se regroupe dans des points, pour former un nouveau point de vue. Des nouvelles connections se font entre chaque atomes, selon une nouvelle logique.

7 Nouveau paysage

Une fois les atomes relier chacun à leur place, ils nous renvoie la fausse réalité. On obtient un nouveau paysage à l’image de celui qui le regarde.

8 Nouveau Big Bang Qr-code

La matière explose de nouveau, et forme un QR-code, avec des atômes carrées et non ovales comme ceux du dessin. C’est une autre dimension parallèle dans le même paysage. Et également un lien vers l’explication du sens de l’oeuvre.

Et puis retour à la case départ…

PARTIE 2 – Suivi de la réalisation du projet

J’ai toujours adoré l’art plastique, à la fois pour sa simplicité et sa complexité. Mais là.. je ne doutais pas avoir a faire a un sujet aussi fastidieux !
C’était au delà de la technique, et de l’idée.

Il fallait que je cherche beaucoup plus loin, ou plutôt beaucoup plus proche de moi. Remettre en cause se que je suis, et comment je voie le paysage. Me cherchez dans l’immensité de ce monde, et surtout me trouver 😁.

Laisser un commentaire